Accueil
Ecrits
Critique d'art
Bonus
Livre d'or
Contact
Livre d'or
 

Pour alimenter ce Livre d'or, il suffit de m'envoyer votre message par le formulaire disponible à la page "contact".

 
* Ce que j'apprécie dans votre écriture c'est que vous écrivez chaque fois comme si vous le faisiez pour la première fois et la dernière fois, et dire autant de choses que si vous faisiez vos adieux et les dire aussi bien que si vous le faisiez pour la première fois. Vous ne confondez pas écrire et bien écrire... Cela me fait penser à cette phrase, dans une lettre de V. Hugo à Juliette Drouet : Vous n'êtes pas jolie, vous êtes pire ! Charles Lanot (7/06/2017)

* A propos des « Lettres à l'homme soleil » - Pour vous, Martine, ces vers de Rimbaud : Elle est retrouvée. / Quoi ? - L’Éternité. / C'est la mer allée / Avec le soleil. Charles Lanot (13/02/2017)

Après ses deux précédents recueils de nouvelles "Petites scènes ordinaires" et "Retrouvailles", Martine Gasnier quitte la vie de province pour nous emmener vers des horizons plus lointains. "Lettres à l'homme soleil", est un beau voyage initiatique au pays de la lumière, celle de la Méditerranée ou d'une île perdue. Un recueil de nouvelles épistolaires qui nous transporte vers des paysages de lumière où couleurs, épices, paysages et sentiments sont dépeints avec une grande sensualité. L'écriture est belle, très poétique, la lecture de ce petit livre est un dépaysement total et enchanteur. Frédérique (30/11/2016)

* J'ai lu, et relu avec plaisir vos "Retrouvailles", dont j'ai d'abord apprécié la belle écriture, la subtile majesté du style, ses longues phrases ondulantes et sinueuses, et son classicisme précieux... comme un travail d'orfèvre. Charles Lanot (10/09/2016)

* Vous lire, c'est vous entendre nous dire le monde et son mystère, la vie et la mort, le sacré et le profane, ... et l'homme précaire.

La pensée et le regard qui guident vos écrits rencontrent les nôtres pour ne pas les quitter : vos mots sont si justes, nécessaires et précis.

Dans ces territoires de l'arbre et de l'eau, de l'animal, de l'enfant de la femme et de l'homme, le temps y est précieux : ce sont des poèmes d'horloger. Bernard Lacombe (11/05/2016)

 

* Martine Gasnier explore les différentes facettes du sentiment amoureux avec acuité et gourmandise. Tout sonne juste, de la description des lieux jusqu'aux mœurs et caractères, et sa belle plume nous enchante. Frédérique (28/04/2016)

 

* Tel Ulysse envoûté par la "magicienne" Circé, vous avez su, par votre écriture, me "séduire".

J'ai lu et relu vos opuscules, j'y trouve un thème récurrent, celui de l'Amour passion qui ne peut durer et auquel il faut mettre un terme de peur de connaître une désillusion cruelle... vous choisissez la rupture provoquée "je me suis éloignée de vous pour vous laisser libre et j'ai lu sur votre visage le signe d'un soulagement ".

Votre prose poétique est rythmée par les saisons, exaltation de l'été, mélancolie de l'automne, tristesse de l'hiver, espérance du printemps, vous voudriez vivre un éternel été en sachant son côté illusoire, l'automne vous sied mieux, comme les poètes du XIX e...en allant jusqu'à "frissonner au coin du feu en songeant à la camarde"...

Mais ne vaut-il pas mieux " trinquer avant de s'abandonner..." Jacques Virondaud (01/12/2015)

 

* Fin observateur, l’auteur croque des instants volés sur une plage normande, lors d’un vernissage organisé dans une grange ou encore dans un vide-grenier où, sans état d’âme, on liquide le passé. Il pose un regard tendrement ironique mais chaleureux sur ces petites scènes ordinaires. Coup de coeur - Médiathèques de la Communauté Urbaine d'Alençon

 

* Je me régale à la lecture de vos textes qui ne sont pas des pensums, mais de petits bijoux qui méritent plus qu'un accessit...! Jacques Virondaud (22/07/2015)

 

 
* Splendide !!! Je me suis "régalé" en dégustant ce "velouté littéraire" de Martine Gasnier, Petites scènes ordinaires... Claude Meurisse (30/06/2015)
 

* Comme je vous l'ai dit, un bon livre pour moi c'est celui qu'on lit et qu'on relit, comme un bon vin c'est celui qu'on boit et qu'on reboit. J'ai dégusté votre livre, que j'ai lu comme une poule boit, en relevant fréquemment la tête, pour faire couler. Rien n'est plus difficile que d'écrire des ''petites scènes ordinaires'', je veux dire par là que vous nous prouvez que bien écrire c'est le contraire d'écrire bien, c'est chercher avec humilité à paraître banal sans y parvenir. Je ne l'ai pas dévoré avec la gourmandise du lecteur pressé qui hâte de savoir le fin mot de l'histoire. Non, je l'ai savouré avec bonheur comme un gourmet. Pour le plaisir... le plaisir du texte... Charles Lanot (11/06/2015)

 

* Je viens d'achever Petites Scènes ordinaires. Cette peinture régionaliste et contemporaine est émouvante, in fine, car sans concession. Tout y passe, au filtre de l'amertume, sous regard faussement naïf, très tôt averti. Les élus, les petits bourgeois, la famille, les notables, les vieux, les cadres, tous chapotés par l'hypocrisie.

Nous passons du désopilant, du cocasse, à l'acerbité, l'ironie. Des vapeurs de nostalgie, également.

Les mots sont choisis, quasi ampoulés parfois, et ce sont des couperets. Les chutes en coup de griffe. Rien n'est sauvé. La littérature est là pour bousculer, n'est-ce pas, et vérifier la solidité ou la fragilité des choses et des êtres... Jean-Marc Barroso (10/06/2015)

 

* Bravo ! Tu es dans la lignée de Maupassant et de Flaubert... Christian (26/04/2015)

 

* Encore bien joli texte porteur d'un message. Chantal (24/02/2015)

       

© 2017
Bienvenue sur mon site : www.martinegasnier.fr...n'hésitez pas à laisser un message pour enrichir le livre d'or !